Amadou

Paris

"La diversité n’est pas une plaie. Ne vous conformez plus. Au contraire, montrez que votre singularité est une richesse."

J’ai quitté la Guinée très tôt avec ma mère pour rejoindre mon père en France. Faute de moyens, mes parents ont malheureusement dû laisser mon grand frère à la famille. Il ne nous a rejoint que des années après. À l’âge de 4 ans, je débarque à Belleville sans parler un mot de français. Trop grand pour entrer en maternelle et trop petit pour la classe de CP, je vais en classe d’adaptation et m’adapter va devenir un 6e sens. À 10 ans, nous quittons Paris pour Aubervilliers, nouvelle ville, nouveaux amis, on s’adapte de nouveau. Très tôt, je joue le rôle d’aîné dans notre famille qui s’agrandit. Mes parents maîtrisant mal le français, c’est moi qui dois remplir les tâches administratives. Je baigne entre les cultures africaine et française, j’essaie d’avoir mon indépendance rapidement en travaillant dès mes 16 ans. Après un bac STI électronique au lycée Paul-Éluard de Saint-Denis, j’entre en BTS électronique. J’avance au feeling, pas trop d’idées sur quoi faire, je manque de références pour m’orienter. Mes professeurs détectent mon potentiel et me suggèrent d’intégrer une prépa ATS (Adaptation technicien supérieur), un pont vers les écoles d’ingénieurs. Mon entrée en prépa ATS coïncide avec le début du programme Cercle Passeport Télécom, aujourd’hui Article 1, dont je fus l’un des premiers à y adhérer. Mon mentor, cadre chez SFR, lui-même ingénieur, me conseille, m’oriente, c’est devenu un ami. À force de persévérance, j’entre à Sup-Galilée, l’école d’ingénieurs de Villetaneuse, la semaine en cours et le week-end chez Leroy Merlin au service Retrait des marchandises, j’y apprends énormément (gestion de conflits, relation client, service après-vente, etc). Sup-Galilée, c’est là que je rencontre ma femme. Depuis, nous avons eu 2 enfants.

En 2009, je complète ma formation avec le master spécialisé en monétique et transactions sécurisées de l’ENSI Caen. En 2010, alors que je suis jeune stagiaire, BNP Paribas me fait une proposition qui ne se refuse pas. À 34 ans, j’y occupe un poste de Scrum master, ou “facilitateur/coach” au sein d’un programme de transformation digitale. En tant que Scrum master, je m’assure de faire sortir le meilleur de la part de chaque membre de l’équipe de développement en suivant la méthode agile Scrum. Après mon mentorat, il était évident pour moi de continuer à m’investir au sein d’Article 1. Je me suis donc engagé comme Different Leaders. Les plus jeunes me surnomment volontiers « l’ancien », mais je ne me pose pas en modèle. J’ai à cœur de faire grandir ce collectif et son impact. J’adore apprendre, je “switche” en permanence d’un sujet à l’autre, je veux tout savoir. Je suis profondément indépendant.